Presse

Pour son 1er album, Joran Cariou et son trio ont eu les honneurs des plus grands médias consacrés au jazz.

• Jazz Hot, article de Jean-Pierre Alenda 

• Jazz Magazine, chronique à paraître dans le numéro de février ou mars

• Art District Radio, « Jazz Spot », Julie-Gabrielle Chaizemartin, spot sur Joran Criou et « The Path Up »

• Couleurs Jazz, « Hit » couleurs Jazz, Jacques Pauper 

  • FIP, « Club Jazzafip », Jane Villenet et Jonathan Arkilovitch : présentation de l’album et diffusion du morceau « Share » 

• France Musique, « Banzzaï », Nathalie Piolé, présentation de l’album et diffusion du morceau « La fin justifie les moyens »

• France Musique, « Jazz Agenda », playlist hebdomadaire d’Alex Dutilh 

 

Ils en parlent…

« J’ai eu un grand plaisir à suivre le développement de ce très beau trio. La musique de Joran Cariou est empreinte d’une profondeur d’écriture très bien servie par l’honnêteté et la générosité de ces trois musiciens, aussi à l’aise dans le bouillonnement intense de la musique que dans l’apesanteur ! Ne ratez pas ce disque ! » Pierre Perchaud, guitariste 

« Une musique épurée dans la pure tradition des trios et un groove élégant aux lignes modales powerful. Un pianiste de haute volée, impressionnant dans ses improvisations, un contrebassiste énorme et un batteur au drive fin. Que du bon ! » Jean-Marc Gelin, journaliste de jazz

« Joran n’est pas un artiste exubérant, il est plutôt de nature introvertie et c’est à travers sa musique qu’il exprime le mieux ses émotions » Jacques Pauper, journaliste de Couleurs Jazz

« L’entrée en scène de Joran Cariou ne rompt pas cet état de grâce, eu égard à une introduction judicieuse au piano acoustique, avec une délicatesse de toucher qui ne le cède en rien au style chantourné de son prédécesseur. «Way Out» ouvre également l’album du pianiste et constitue l’entrée en matière idéale d’un projet longuement muri pour rendre, selon ses propres termes, «le monde un peu meilleur». «Catharsis» comporte un caractère polysémique qui confine au rébus, comme les mots d’un oracle qu’on aurait plaisir à déchiffrer au fil du temps. L’appréhension plus légère de « Spirit of Our Masters», censée représenter une méditation sur et autour des arts martiaux, suscite une petite note humoristique en forme de clin d’œil, sûrement destinée à désamorcer toute manifestation d’orgueil inappropriée à l’endroit et au moment. Au passage, on remarque le jeu de percussions atypique de Stéphane Adsuar, vraisemblablement rompu à d’autres styles de batterie que celui du straight jazz. L’enchainement avec «A Hint of Casualness» est proprement bouleversant, proposant au public présent une quasi-communication télépathique sur ce qui nous relie les uns aux autres. «Ambivalence», «Mala Rueda», et «Voyage Onirique» sont ensuite joués au côté de Pierre Perchaud à la guitare, ce qui ajoute une note  acidulée plus perçante à la musique délicate du trio. Le six cordiste travaille ses notes et ses timbres à la pédale de volume, rivalisant d’expressivité avec la contrebasse de Damien Varaillon, impeccable de bout en bout, et insufflant une petite note d’énergie convulsive à une musique par ailleurs soucieuse d’équilibre jusque dans ses derniers développements. Concluant sur «La Fin justifie les moyens», le groupe ne rate pas sa sortie, remerciant chaleureusement son public pour s’être longuement prêté à l’exercice d’une communion onirique, d’un classicisme et d’une modernité confondants. » Jean-Pierre Alenda de Jazz Hot

 « En 2016, les six formations retenues (parmi des dizaines de candidats) pour participer au « Tremplin Jeunes Talents » de la 16è édition du Festival Jazz à Saint Germain-des-Prés proposaient, comme chaque année, un niveau artistique et technique de très haute volée. Le jury, qui s’était réuni à l’issue des concerts, décerna son 1er prix au trio dont vous découvrez l’album aujourd’hui. Le pianiste et leader Joran Cariou y fait preuve d’une belle maturité avec une joie de jouer communicative aux côtés de Damien Varaillon à la contrebasse et Stéphane Adsuar à la batterie qui forme une rythmique efficace. La musique de « The Path Up », le nom de cet opus, nous fait voyager dans des paysages teintés de jazz et de poésie. » Frédéric Charbaut, co-fondateur et directeur artistique du Festival de Jazz de Saint-Germain-des-Prés

« En préambule, Malo Mazurié, jeune trompettiste malouin et talent montant du jazz, a proposé une formation en quartet, accompagné d’excellents musiciens au jeu limpide, aux phrasés superbes, aux solos impressionnants. Le pianiste, Joran Cariou, a rythmé le concert d’improvisations presque dignes des plus grands. » Ouest France lundi 18 mars 2013